Les livres signés sous le pseudonyme Elena Ferrante sont commentés dans l’actualité (le New York Times, le Corriere della Sera, Il Sole 24 Ore, L'Express, et encore le New York Times).

Personne n’a pu rencontrer l’auteur de ces ouvrages. Le succès récent des traductions anglaises renforce l’intérêt que suscite ce corpus. Plusieurs noms ont été avancés comme auteur possible de ces livres. Des analyses, principalement de statistiques linguistiques, ont été conduites pour déterminer l’auteur du corpus Ferrante.

Continuer la lecture...

Ceci est un exemple de notre initiative tt, pour textuellement transparent (un autre exemple est disponible ici). Nous avons soumis à l'analyse les livres d'un politicien français, François Bayrou. Voici les résultats avec nos commentaires...

Continuer la lecture...

La rubrique “Rendez-vous société” du journal télévisé 12h45 de la chaîne de télévision “RTS Un” de la Radio Télévision Suisse romande, mercredi 11 mai 2016

Invités par la journaliste Fanny Moille, la Prof. Michelle Bergada de l’Université de Genève et Claude-Alain Roten - cofondateur d’OrphAnalytics SA - ont répondu aux questions concernant la lutte contre la fraude par plagiat ou par ghostwriting.

Continuer la lecture...

"Le fantôme derrière mon bachelor: le ghostwriting est un problème répandu dans les universités. Photo: Martin Barraud (plainpicture)"

Article de Stefania Telesca, publié dans le journal "Tages Anzeiger", le 24 Février 2016. Traduction effectuée par l'équipe d'OrphAnalytics.

Deux chercheurs de Lausanne ont mis au point un logiciel pour détecter le ghostwriting. Mais est-il possible pour un logiciel de distinguer des auteurs ? Nous avons fait le test.

Continuer la lecture...

Par Marc Meschenmoser (MM) et Stefania Telesca. Traduction par l'équipe d'OrphAnalytics du reportage "Gekaufte Uni-Arbeiten" de l'émission "Rundschau", Schweizer Radio und Fernsehen (SRF), 06.01.2016

Continuer la lecture...